Vaste question à laquelle je n’ai toujours pas fini de répondre

Etre humain d’une quarantaine d’années, dotée à la naissance d’un sexe féminin, je n’ai néanmoins jamais pu réellement répondre aux critères sociaux imposés par la définition culturelle du genre qui est censé y être associé.

De formation initiale en biologie (qui reste aujourd’hui encore un de mes sujets favoris), j’ai également passé trois ans à me former pour devenir psychothérapeute mais je n’ai pas donné de suite professionnelle à ces parcours formels. Pour tout le reste, j’ai une forte capacité à apprendre de manière autodidacte et c’est ainsi que j’ai exercé de nombreux métiers parfois très différents dans des contextes tout aussi variés.

Ma compétence principale réside donc dans la production d’écrits , alliée à des capacités d’analyse et de synthèse. J’ai une propension innée à chercher à avoir une vue d’ensemble des réseaux que j’intègre, afin de favoriser la mise en lien des différents acteurs.

Selon l’humeur, je ne rechigne pas à passer du temps sur des activités de saisie, cartographie, gestion qui, si elles peuvent paraître rébarbatives, n’en sont pas moins un excellent moyen de réguler un tempérament facilement anxieux.

Curieuse de nature, je passe volontiers d’un sujet à un autre. Maïa étant une sage-femme, j’aime particulièrement soutenir le lancement de nouveaux projets en apportant beaucoup d’énergie de manière ponctuelle, tant techniquement que sur le plan de l’animation des équipes.

Dotée d’une grande sensibilité, je pose un regard lucide sur le monde, ce qui le rend parfois douloureux pour moi et pour les autres, mais j’essaye du mieux possible de le rendre bienveillant